Real Time Web Analytics

Pour la petite histoire

 

Le village de Cambronne-lès-Clermont était connu dès le IXème siècle, son nom est d'origine antique. Il est formé de Camp (champ) et de Onna (source) mots qui se justifient par l'existence de sources à mi-côte sous le village. Cambronne-lès-Clermont s'étend entre la vallée de la Brèche et du Thérain.

Cambronne-lès-Clermont appartenait au comté de Clermont qui dépendait lui-même de l'évêché-comté de Beauvais.

La commune de Cambronne-lès-Clermont est repartie sur 3 hameaux : Ars, Cambronne et Vaux. Le hameau d'Ars a toujours constitué une seigneurie séparée. Ars aurait été fondé par l'empereur Auguste, petit neveu de Jules César. Au XIVème, le poète Pierre de Hauteville est châtelain d'Ars. En 1373 il est remplacé par Jean Favereau. En 1635, la seigneurie d'Ars est vendue par les deux familles qui la possèdent, les Macquerel et les d'Hédouville, aux Plessis-Liancourt. Elle parvint ensuite aux La Rochefoucauld.

En 1579, Claude Popillon, seigneur des lieux de Cambronne et Vaux vend ses biens à Antoine Guyot, président de la Chambre des Comptes, dont la fille Marguerite épouse Henry du Plessis de Richelieu. Le cardinal Armand du Plessis de Richelieu, connu comme ministre de Louis XIII, hérite du domaine de son neveu. Il en fait don à sa nièce, Claire Clémence de Maille qui épouse Louis II de Bourbon, dit le Grand Condé. Celui-ci céda le tout à son frère Armand, prince de Conti, dont les descendants firent vente en 1783, à Louis Stanislas Xavier comte de Provence, marquis de Mouy, lequel devint roi de France en 1814 sous le nom de Louis XVIII. Cambronne et Vaux appartinrent longtemps aux seigneurs de Mouy.

Eglisevieillie

Comme la plupart des communes de la Vallée de la Brèche, Cambronne-lès-Clermont a des carrières de pierre de taille. Les premières carrières ont été exploitées il y a fort longtemps, Elles ont fourni le matériau de l'église et des maisons.  Selon une croyance assez répandue, il y aurait eu à Cambronne et à Ars des couvents dont les murs se retrouveraient en partie dans les constructions actuelles. Il s'agissait probablement de manoirs avec leurs habituelles dépendances : ferme, four, pressoir.

En 1609, Cambronne-lès-Clermont fut frappé d'une peste qui aurait fait beaucoup de victimes. C'est aussi en 1609 que l'on a commencé à écrire en langue française les actes de l'état civil de ce village.

Au commencement de la Révolution, la population de Cambronne-lès-Clermont se composait de laboureurs, vignerons, maçons, couvreurs en chaume et carriers. Ars et Vaux ont, les premiers, fourni des ouvriers à l'industrie naissante de la Vallée de la Brèche, à Liancourt et Rantigny. Au lendemain de la Révolution française, l’économie de Cambronne-lès-Clermont se fonda notamment sur l’agriculture dont la plantation de céréales, de pommes de terre, de betteraves et de maïs.

En décembre 1239, Robert de Cressonesart, évêque de Beauvais, dédie l'église à Saint Etienne. L’église Saint-Étienne  de  Cambronne-lès-Clermont constitue une des meilleures activités touristiques réalisables dans la commune. Elle permet aux passionnés d’art et d’histoire de mieux appréhender le style architectural romano-gothique.

Elle fut érigée vers le milieu du 12ème siècle. C'est un des édifices les plus beaux du département. Il est, d'ailleurs, classé monument historique depuis 1875. De forme rectangulaire, il a 42 m de longueur et 14 m de largeur. La pointe de sa flèche est à 32 m du sol. Le clocher, tour octogonale en pierre, est remarquable. L'intérieur comporte des peintures d'époque et notamment, une grande fresque du XIIIème siècle dans le chœur représentant le Christ présidant au Jugement dernier.

 

Date de dernière mise à jour : 18/11/2014